23 mai 2018 Eve Freitas

Nutri-Score et la restauration collective/commerciale

La promotion de la santé et la prévention constituent le premier axe de la Stratégie nationale de santé 2018- 2022 du Gouvernement. L’une des mesure phare du gouvernement concerne la charte « Nurti-score », ce logo coloriel qui informe de façon simplifiée sur la qualité nutritionnelle des produits en les classant en 5 catégories (de A «bon» à E «à limiter»). La catégorie à laquelle appartient l’aliment est mise en avant par une lettre plus grande.
Le Nutri-Score, recommandé par les pouvoirs publics depuis octobre 2017 sur les denrées alimentaires est complémentaire de la déclaration nutritionnelle obligatoire (indication des teneurs en matières gras ses, acides gras saturés, sel, sucre, protéines) fixée
par la réglementation européenne. Son application, facultative, repose sur le volontariat des entreprises de l’agroalimentaire et des distributeurs.
Avec plus de 3,1 milliards de prestations servies chaque année, la restauration collective représente près de la moitié de la restauration hors domicile.
Elle doit répondre aux besoins physiologiques et nutritionnels des convives, et donc leur fournir des aliments sûrs, sains, en quantité suffisante et à leur goût, dans un budget maîtrisé et un temps contraint. Elle doit s’adapter à une grande diversité de situations et de besoins, de la crèche à l’entreprise, en passant par l’école ou l’université.
Le Nutri-Score participe de l’amélioration de l’information nutritionnelle figurant sur les produits et ainsi aide les consommateurs à acheter des aliments de meilleure qualité nutritionnelle.
Objectifs :
  • Mieux informer les consommateurs sur la qualité nutritionnelle des repas servis en restauration collective et commerciale afin notamment de réduire les apports en sel, sucres, et augmenter les apports en fibres;
  • Mieux informer les consommateurs sur la qualité nutritionnelle des denrées alimentaires manufacturées vendues en vrac et non préemballées (céréales, gâteaux, bonbons, pain, etc.) ne disposant pas d’étiquetage nutritionnel.
Mesures :
  • Etendre le Nutri-Score à la restauration collective et commerciale. Cette mesure nécessite, au préalable, d’adapter le Nutri-Score aux caractéristiques de la restauration collective. Sa mise en place progressive se fera à partir de janvier 2020 et sur la base du volontariat. Elle a vocation à être mise en œuvre dans tous les lieux de restauration fréquentés par les enfants afin que cette représentation graphique simple et intuitive contribue à l’éducation nutritionnelle des enfants à l’école et en famille afin d’améliorer leurs choix.
  • En outre, grâce au projet de loi résultant des Etats généraux de l’alimentation en cours d’examen, les repas servis dans les services de restauration collective des personnes publiques, notamment scolaire, devront comprendre, à l’horizon 2022, 50% des produits bénéficiant de signes de qualité ou de mentions valorisantes, dont au moins 20% issus de l’agriculture biologique.
  • Etendre le Nutri-Score aux produits alimentaires manufacturés non préemballés. Cette mesure nécessite d’adapter le Nutri-Score à ce contexte particulier, avant mise en place progressive au 1er janvier 2020.
Bigitte Jeanneau, Infirmière en Santé au Travail
Source :  Comité Interministériel pour la santé